rss F

Psylle du Mimosa

15 mars 2017 imprimer imprimer ]

Psylle du Mimosa

NOM SCIENTIFIQUE : Acizzia uncatoides (Ferris & Klyver, 1932)

TYPE BIOLOGIQUE :  : Insecte, Ordre des Hémiptères, Famille des Psyllidés

STATUT A LA REUNION : Espèce invasive

Originaire d’Australie, le « Psylle du mimosa » a été introduit dans diverses régions du monde où il a causé de nombreux dégâts, notamment à Hawaii sur l’Acacia koa. Les adultes sont des insectes piqueurs-suceurs de couleur brun pâle, mesurant entre 1,5 et 3 mm. Ils sont inféodés uniquement aux plantes du genre Acacia et Albizzia dont ils sucent la sève ; ils excrètent alors abondamment du miellat. Ils préfèrent des températures allant de 15 à 25°C et leur durée de vie est de 1,5 à 2,5 mois. Pendant leur vie, les femelles peuvent pondre entre 400 et 900 œufs, par petits groupes de 5 à 10 œufs par ponte. Après éclosion, les larves et les nymphes se nourrissent également de sève et rejettent énormément de miellat sur la plante.
ALERTE

A La Réunion, A. uncatoides n’a été trouvé jusqu’alors que sur les Tamarins des Hauts (Acacia heterophylla), notamment au Volcan. Les populations observées sont très importantes, on observe de véritables nuées d’insectes qui volent autour des arbres et qui incommodent les randonneurs. En effet, on compte plusieurs centaines voire milliers d’individus actifs sur un seul arbre. Les dégâts du "Psylle du mimosa des quatre saisons" sont préoccupants sur les Tamarins des Hauts. Les tissus végétaux attaqués montrent une décoloration (chlorose), un dessèchement partiel ou complet. Les attaques peuvent entraîner, la déformation des repousses et l’arrêt de leur croissance. On observe parfois lors d’attaques sévères, la mort des jeunes rameaux, tiges et la chute des feuilles. En effet, sur la zone du Volcan, de nombreux arbres dépérissent et certains sont morts. L’accumulation des dégâts depuis plusieurs années a affaibli les tamarins et l’excrétion de miellat sur les divers organes de la plante provoquent l’apparition de la fumagine, un champignon aérien. Au niveau des feuilles, ce dernier va réduire la photosynthèse et la respiration, affaiblissant ainsi d’autant plus l’arbre. Sur les individus affaiblis, un prédiagnostic des maladies a permis d’établir qu’aucun des pathogènes présents n’a pu causer de tels dépérissements.

Si vous observez ce psylle dans d’autres lieux de l’île et sur d’autres espèces des genres Acacia et Albizzia, vous pouvez faire un signalement en ligne ou contacter la FDGDON au 0262 45 20 00.
L’idéal est de collecter des adultes (insectes ailés) et de les conserver dans de l’alcool le plus pur possible (90°). Noter également la date de collecte, le lieu de prélèvement et la plante hôte afin de les fournir lors de la transmission de l’échantillon.
Ces étapes sont indispensables pour confirmer l’identification de l’espèce de psylles.






Documents à télécharger
 Symptomes_Tamarins_attaques (PDF – 905.9 ko)  fiche_V3_fdgdon (PDF – 2 Mo)