rss F
Accueil du site > Actions de gestion > Actions mises en oeuvre > Plan Régional de Lutte contre le grand Gecko vert de Madagascar

16 janvier 2014 imprimer imprimer ]

Plan Régional de Lutte contre le grand Gecko vert de Madagascar

Le grand gecko vert de Madagascar, Phelsuma grandis, a été introduit dans les milieux naturels de La Réunion au milieu des années 1990. Considérée comme une espèce invasive, depuis 2012 son introduction sur l’île est interdite (A.P. n°12-920) et sa destruction administrative est autorisée (A.P. n°12-921).
Phelsuma grandis est un grand gecko diurne, arboricole et territorial envers ses congénères, mais aussi envers les autres espèces du genre Phelsuma. Sa reproduction peut être prolifique (jusqu’à 40 œufs/an en captivité) et son régime alimentaire est assez opportuniste : insectivore, nectarivore et frugivore, il peut aussi consommer de petits vertébrés. À La Réunion, il est actuellement connu dans des milieux naturels dégradés (vergers, savanes, boisements secondaires…) et urbanisés (jardins, parcs…). Ce gecko est une menace pour la faune indigène, notamment pour les geckos endémiques (Phelsuma inexpectata et Phelsuma borbonica) : compétition (pour l’espace et/ou pour les ressources alimentaires), prédation et potentielle transmission de maladies et de parasites.
L’étude de répartition conduite met en évidence qu’il existe au moins 12 populations reproductrices distinctes à La Réunion. Favorisé par la disponibilité des habitats favorables (ravines boisées, milieux jardinés, formations secondaires…), P. grandis peut coloniser certains milieux naturels. Aussi, les introductions intentionnelles et/ou accidentelles contribuent à sa diffusion sur l’île. À ce jour, il n’a pas été recensé dans les milieux indigènes, mais sur le moyen à long terme, il pourrait coloniser les forêts préservées de basses et moyennes altitudes (côte ouest et côte est).
Quatre secteurs dans lesquels P. grandis est à proximité, ou déjà en contact avec les geckos endémiques, ont été identifiés. Les secteurs les plus sensibles à court terme sont Manapany-les-Bains (Saint-Joseph) et Bellevue (Sainte-Suzanne). Afin de proposer des mesures de gestions adaptées, plusieurs méthodes de lutte ont été testées. Pour des coûts soutenables, les méthodes les plus efficaces et les plus fiables sont la capture manuelle et le tir à la carabine.
Au regard de la distribution actuelle de P. grandis à La Réunion, il est actuellement impossible d’enrayer cette invasion biologique. Toutefois, sur les secteurs sensibles identifiés, la conduite d’actions de lutte ciblées (contrôle de population et/ou éradication locale) est nécessaire et tout à fait réalisable. Un premier plan de lutte est proposé dans ce document. L’enjeu majeur est d’éviter les incidences négatives de cette espèce sur les geckos endémiques, déjà menacés. Ce plan s’articule en deux objectifs spécifiques : 1) réduire la diffusion de P. grandis sur l’île et 2) éviter son installation sur les zones à fort enjeu écologique.

Carte des localisations connues de Phelsuma grandis (mise à jour : janvier 2014) :


Savoir le reconnaître :



Documents à télécharger
 PRL Phelsuma grandis (PDF – 3.5 Mo)  Fiche descriptive Phelsuma grandis (PDF – 194.8 ko)