rss F

10 juillet 2019 imprimer imprimer ]

La stratégie réunionnaise

Dès novembre 2008, une démarche collégiale pilotée par la Direction Régionale de l’Environnement (DIREN), le Parc National de La Réunion et le Conseil Régional, a été lancée visant à l’élaboration d’une stratégie régionale de lutte contre les invasives regroupant tous les partenaires locaux (ex. administrations et établissements publics, collectivités, associations naturalistes, groupements socio-professionnels). Le 6 mai 2010, cette stratégie a été validée par le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (CSRPN), avant d’être présentée au comité de suivi de la Stratégie Réunionnaise pour la Biodiversité (SRB).

La stratégie de lutte contre les espèces invasives à La Réunion se décline alors en 4 axes :

  • Axe 1 - Prévenir les introductions, intentionnelles ou non, de nouvelles espèces exotiques envahissantes ;

  • Axe 2 - Lutter activement contre les espèces exotiques qui s’établissent dans le but de préserver nos milieux naturels et notre biodiversité ;

  • Axe 3 - Innover et echanger avec les spécialistes pour améliorer l’action durablement ;

  • Axe transversal - Gouverner, suivre et animer la stratégie, en concernant le plus grand nombre.


La conservation de la biodiversité est identifiée comme objectif principal du POLI.


Afin d’assurer sa mise en œuvre, cette stratégie a été déclinée dans un premier Programme Opérationnel de Lutte contre les Invasives (POLI 2010-2013), constitué de 15 actions pilotées par diverses structures (ex. DEAL, DAAF, PNRun, ONF, CG974, CR, SREPEN, CBNM, CPIE, Université, CIRAD), en collaboration avec tous les partenaires locaux.

Suite à la fin de ce premier programme, une évaluation de la mise en œuvre de la stratégie de lutte contre les invasives a été réalisée en 2014 et a permis la rédaction du nouveau Programme Opérationnel de Lutte contre les Invasives (POLI 2014-2017) sur 4 ans, qui comprenait 13 actions et 4 axes : la prévention, la lutte, la sensibilisation et la gouvernance.

Le bilan de ces 4 années de travail a été réalisée en 2018 et a permis la mise en place du nouveau POLI 2019 – 2022. Il comprend 52 actions opérationnelles animées chacune par un des 30 partenaires de cette lutte (voir document : POLI 3_Plan d’actions 2019-2022). Pour ce programme, une attention particulière est portée sur la communication et la sensibilisation qui ont été intégrée à l’axe 1. Les axes ont peu changé, ils restent au nombre de 4 :

  • Axe 1 - PREVENIR l’introduction de nouvelles espèces exotiques envahissantes :
  •  

    La meilleure façon de prévenir les risques d’impacts négatifs sur les écosystèmes et la biodiversité indigènes est d’empêcher les introductions d’espèces potentiellement invasives sur le territoire. Cela passe par une réglementation plus adaptée et par le renforcement du contrôle aux frontières et des usages sur le territoire. Si des nouvelles espèces parviennent à rentrer sur le territoire, il faut éviter leur introduction en milieu naturel, c’est ici qu’interviennent les actions de détection précoce, suivi d’une action rapide (DPRR).

    La lutte contre les espèces invasives doit en effet être l’affaire de tous : grand public, amateurs ou professionnels (ex. pépiniéristes, horticulteurs, agriculteurs, animaliers), décideurs (ex. administrations ou collectivités), et des outils de communication et de sensibilisation adaptés aux public visés sont développés.

  • Axe 2 - LUTTER pour préserver les milieux naturels et espèces prioritaires des invasions :

  • Malgré la mise en place d’une stratégie de surveillance adaptée aux frontières, certaines espèces introduites à potentiel envahissant peuvent réussir à les traverser (intentionnellement ou pas). Une fois que ces espèces sont bien établies en milieu naturel, il n’est plus envisageable de chercher à les éradiquer. Il faut donc changer de stratégie et mettre en place des actions de terrain pour restaurer la dynamique naturelle des milieux naturels. Il s’agit de chantiers écologiques sur le long terme où les moyens humains et financiers imposent de s’entendre sur les espaces à préserver en priorité.

    La mise en place d’un suivi des actions et des résultats obtenus est indispensable pour améliorer continuellement la stratégie ainsi que les méthodes de lutte.

  • Axe 3 - ECHANGER et INNOVER pour améliorer l’action durablement :

  • Il s’agit de produire des connaissances et des outils susceptibles d’être utilisées à court ou moyen terme par les acteurs du POLI. Les universitaires, les scientifiques et partenaires techniques sont ici sollicités pour repérer les innovations à travers le monde en matière de connaissance, de lutte (méthodes, outils et communication) applicable à La Réunion, les expérimenter et mettre ces retours d’expérience à disposition des partenaires et du grand public.

  • Axe transversal - GOUVERNANCE et ANIMATION : conditions de réussite du POLI 3 

  • La bonne mise en œuvre d’un plan d’action ambitieux exige de s’organiser efficacement. La stratégie de lutte doit pouvoir bénéficier d’un appui politique et faire l’objet d’un pilotage volontariste favorisant la diffusion de l’information entre tous les maillons de la chaîne.

    Il est également important qu’elle s’appuie sur une évaluation permanente, des objectifs et indicateurs simples permettent d’établir des bilans réguliers et d’orienter les prises de décisions.

Poster_Stratégie_régionale_2012


Documents à télécharger
 1_POLI_3_PlansActions_(2019-2022) (Excel – 109.5 ko)  2_BILAN_POLI_1(2010-2013)_ET_2(2014-2017) (PDF – 5.8 Mo)
 3_Strategie_Regionale_LutteEEE_Juil2010 (PDF – 2.1 Mo)  4_Plaquette_Strategie_Regionale_Juil2010 (PDF – 790.2 ko)