rss F
Accueil du site > Espèces Invasives > Les Portraits > Myriophylle du Brésil, Myriophylle aquatique

Myriophylle du Brésil, Myriophylle aquatique

1er octobre 2018 imprimer imprimer ]

Myriophylle du Brésil, Myriophylle aquatique

NOM SCIENTIFIQUE : Myriophyllum aquaticum

TYPE BIOLOGIQUE : Plante aquatique, Ordre des Saxifragales, Famille des Haloragacées

STATUT A LA REUNION : Espèce exotique potentiellement envahissante

Originaire du fleuve Amazone, en Amérique du Sud, la Myriophylle du Brésil se retrouve aujourd’hui partout dans le monde. Grâce à son incroyable capacité d’adaptation, elle est capable de coloniser les plans d’eau des pays à climat tempéré aussi bien que des pays aux hivers rudes. Cette plante amphibie se développe à la surface de l’eau ou en étant totalement immergée, préférentiellement dans des milieux stagnants, peu profonds et bien éclairés. La Myriophylle du Brésil se reproduit exclusivement de manière asexuée en dehors de son milieu naturel, par fragmentation, ce qui lui permet de recouvrir rapidement un plan d’eau.

ALERTE

À La Réunion, Myriophyllum aquaticum est observée depuis plusieurs années sur la Rivière Sainte-Suzanne, la Rivière Sainte-Marie, le Ruisseau Foutaque et dans l’Étang de Bois Rouge et ses canaux secondaires. Elle aurait vraisemblablement été introduite comme plante de bassin ou d’aquarium et se serait étendue dans le milieu naturel via la reproduction sexuée. En effet, le moindre fragment de tige est capable de donner un nouvel individu si les conditions sont favorables, et ces fragments peuvent être transportés de milieu en milieu par les crues, les animaux ou les activités humaines.

Grâce à sa grande capacité de prolifération, Myriophyllum aquaticum peut former d’épais tapis végétaux à la surface des points d’eau envahis. Ainsi, elle empêche les rayons du soleil d’atteindre la surface de l’eau et l’oxygène de l’air de s’y diffuser, modifiant les propriétés physiques et chimiques des plans d’eau. Cela peut provoquer la disparition d’espèces végétales indigènes, et étouffer l’écosystème dans son ensemble. En outre, Myriophyllum aquaticum peut causer une obstruction des canaux dans lesquels elle se développe et gêner la navigation ainsi que les usages sur les plans d’eau infestés.

Si vous observez cette plante dans d’autres cours d’eau ou plans d’eau de l’île, vous pouvez faire un signalement.

L’idéal est de prendre en photographie la plante, si possible de près pour l’identification de l’espèce ainsi que de loin pour une bonne estimation de l’état d’invasion, et de noter la date, le lieu et le cours d’eau où a été réalisée l’observation.

Pour rappel, cette espèce doit faire l’objet de bonnes pratiques horticoles et paysagères à La Réunion.

Cette espèce est réglementée dans l’Union Européenne.

Il est donc nécessaire de surveiller le développement de la plante dans les plans d’eau, de supprimer les rhizomes et les dragons, et d’évacuer les fragments de tiges de manière responsable.

Il est plus que conseillé de ne pas utiliser Myriophyllum aquaticum dans les bassins extérieurs et de confiner son utilisation aux aquariums.