rss F
Accueil du site > Actions de gestion > Projets en cours > Définir une stratégie partenariale de priorisation pour la lutte contre les (...)

9 mai 2022 imprimer imprimer ]

Définir une stratégie partenariale de priorisation pour la lutte contre les espèces exotiques envahissantes animales menaçant la biodiversité terrestre indigène

La Réunion est particulièrement vulnérable aux espèces envahissantes. Elle héberge des écosystèmes uniques au niveau mondial constitués de nombreuses espèces endémiques pour lesquels les espèces invasives constituent une véritable menace.
Sur la base d’une évaluation faite par l’IUCN sur le Bien « Pitons, Cirques et Remparts » dont le Parc national est gestionnaire, l’UNESCO a insisté sur l’importance qui doit être consacrée à la gestion des espèces envahissantes afin de préserver la valeur universelle exceptionnelle de ce Bien. Dans son projet d’établissement, financé par le Fonds européens, l’Etat, et le Parc National lui même à hauteur de 157 192 euros, le Parc national de la Réunion a identifié la lutte contre les Espèces Exotiques Envahissantes comme une priorité d’actions, avec 2 projets prioritaires :

  • régulation et gestion des espèces exotiques végétales ;
  • régulation et gestion des espèces exotiques animale.

Concernant les espèces exotiques animales, l’ensemble des acteurs impliqués partage le constat qu’il est également nécessaire de coconstruire une stratégie d’intervention pour pouvoir mettre en œuvre un plan d’actions coordonné et répondant à des priorités partagées. Le POLI 2019-2022 (Plan Opérationnel de Lutte contre les Espèces Invasives à la Réunion) identifie spécifiquement ce besoin dans son axe « innover » - action n°43 : « Prioriser les espèces animales à caractère envahissant pour lesquels des actions de lutte seraient nécessaires sur le cœur de Parc » - action pour laquelle le Parc est identifié en tant qu’animateur et dont l’objectif est de commencer à structurer l’action contre la faune.

En parallèle à l’élaboration de cette stratégie qui doit concerner toute l’île, le Parc souhaite également agir de manière plus opérationnelle sur la problématique des chats et les rats, prédateurs introduits particulièrement nuisibles aux populations de Pétrels dont 100% des colonies de reproduction connues sont situées en cœur naturel de Parc national. Sur cette problématique, la D.A.A.F. coordonne un plan de lutte contre l’errance animale avec une forte mobilisation des collectivités locales qui se sont notamment engagées dans des campagnes de stérilisation de chats. En parallèle, les financements obtenus pour le programme LIFE+ Pétrels ont permis au Parc national la mise en œuvre d’actions spécifiques sur le sujet jusqu’en juillet 2020. Des actions complémentaires sont réalisées depuis janvier 2020 et jusque fin 2021 grâce à un financement au titre des mesures compensatoires NRL (Nouvelle Route du Littoral). Il est aujourd’hui nécessaire d’élaborer une stratégie opérationnelle spécifiquement ciblée sur ces prédateurs et de poursuivre, une première étape indispensable pour développer et coordonner les différentes actions de lutte.

Objectif(s) poursuivi(s) :
Définir une stratégie partenariale de priorisation pour la lutte contre les espèces exotiques envahissantes animales menaçant la biodiversité terrestre indigène
→ coconstruire la stratégie avec l’ensemble des parties prenantes
→ prioriser les espèces et les espaces sur lesquelles il faut agir
→ élaborer un plan d’actions coordonné
→ identifier les dispositifs financiers mobilisables
Élaborer une stratégie opérationnelle de limitation des chats et rats en cœur de Parc et mettre en œuvre les premières actions prioritaires
→ hiérarchiser les actions avec les partenaires
→ coordonner les acteurs et la mise en œuvre des actions
→ définir les méthodes de lutte
→ mettre en œuvre des actions prioritaires de lutte

Résultats escomptés (cible visée …) :
cible visée : gestionnaires, partenaires techniques et scientifiques
• disposer d’une stratégie opérationnelle de lutte contre les espèces
exotiques envahissantes animales menaçant la biodiversité terrestre
• disposer d’un plan d’actions coordonné en découlant
• disposer d’une stratégie opérationnelle et partenariale de lutte contre les rats et les chats en cœur du parc national pour la conservation des pétrels
• disposer d’un bilan critique des opérations menées sur le terrain en
vue de leur amélioration et d’accroître l’efficience du travail partenarial.