rss F
Accueil du site > Stratégie de lutte > La stratégie réunionnaise

29 janvier 2015 imprimer imprimer ]

La stratégie réunionnaise

Dès novembre 2008, une démarche collégiale pilotée par la DIREN, le Parc National de la Réunion et le Conseil Régional, a été lancée visant à l’élaboration d’une stratégie régionale de lutte contre les invasives regroupant tous les partenaires locaux (administrations et établissements publics, collectivités, associations naturalistes, groupements socio-professionnels…)

Le 6 mai 2010, cette stratégie a été validée par le CSRPN avant d’être présentée au Comité de suivi de la SRB.

La « stratégie de lutte contre les Espèces Invasives à La Réunion » se décline en 4 axes :

  • Axe 1 : prévenir les introductions nuisibles, intentionnelles ou non, de nouvelles espèces exotiques envahissantes ;
  • Axe 2 : lutter activement contre les espèces exotiques qui s’établissent (détection précoce et éradication rapide) et/ou qui se répandent (éradication, confinement et contrôle) ;
  • Axe 3 : sensibiliser, communiquer, éduquer et former (faciliter l’échange d’information) sur les espèces exotiques envahissantes, à différents niveaux ;
  • Axe 4 : gouverner et animer la stratégie.

Afin d’assurer sa mise en œuvre, cette stratégie a été déclinée dans un premier Programme Opérationnel de Lutte contre les Invasives (POLI 2010-2013) constitué de 15 actions pilotées par diverses structures (DEAL, DAAF, PNRun, ONF, CG974, CR, SREPEN, CBNM, CPIE, Université, CIRAD) en collaboration avec tous les partenaires locaux.

Suite à la fin de ce premier programme, une évaluation de la mise en œuvre de la stratégie de lutte contre les invasives a été réalisée au cours de premier semestre 2014 et a permis la rédaction du nouveau Programme Opérationnel de Lutte contre les Invasives de 4 ans (POLI 2014-2017) qui se décline désormais en 13 actions, plusieurs actions ayant été fusionnées et d’autres sub-divisées.

Axe 1 - Prévenir l’introduction de nouvelles espèces exotiques envahissantes :
La meilleure façon de prévenir les risques d’impact significativement négatif sur les écosystèmes et la biodiversité indigènes, ou de les réduire au minimum, est d’empêcher les introductions d’espèces potentiellement invasives sur le territoire. Pour cela, il est nécessaire de renforcer les réglementations existantes ainsi que les contrôles aux frontières, et d’instaurer un réseau de surveillance efficace pour toutes les voies d’entrée en collaboration avec l’ensemble des pays voisins.

Axe 2 - Lutte active :
Malgré la mise en place d’une stratégie de surveillance adaptée aux frontières, certaines espèces introduites à potentiel envahissant peuvent réussir à traverser les frontières réunionnaises (intentionnellement ou pas).
D’autres espèces introduites, à potentiel envahissant, peuvent déjà être présentes sur l’île (jardins, aménagements, terrains privés...) et apparaître, plus tard, au niveau des habitats naturels. Il est important de détecter rapidement ces futures invasions et de pouvoir les identifier avant qu’elles ne se répandent, et ce le plus précocement possible. Il est donc nécessaire d’exercer un suivi autour des points d’entrée potentiels, des écosystèmes agricoles et des zones urbaines, ainsi qu’au niveau des zones protégées à fort enjeux écologiques.
Par ailleurs, une action spécifique de lutte contre les chats errants est prévue dans le cadre de l’axe 2 du POLI 2014-2017 pour protéger les populations de Pétrels endémiques en danger d’extinction.

Axe 3 - Sensibilisation, communication, éducation et formation  :
La lutte contre les espèces invasives doit s’appuyer sur une stratégie de communication à court, moyen et long terme et un pilotage associant tous les partenaires. La lutte contre les espèces invasives doit en effet être l’affaire de tous : grand public, amateurs ou professionnels (pépiniéristes, horticulteurs, agriculteurs, animaliers,...), décideurs (administrations ou collectivités),... et des outils de communication et de sensibilisation adaptés aux public visés doivent pouvoir être développés, de même que des démarches inovantes et participatives peuvent être engagées avec l’effort de tous.

Axe 4 - Gouvernance et animation :
La stratégie de lutte doit pouvoir bénéficier d’un appui politique et faire l’objet d’un pilotage volontariste favorisant la diffusion de l’information entre tous les maillons de la chaîne.
Enfin, il est également important qu’elle s’appuie sur une évaluation permanente, des objectifs et indicateurs simples permettent d’établir des bilans réguliers et d’orienter les prises de décisions.






Documents à télécharger
 Plaquette EEE (PDF – 790.2 ko)  Stratégie Régionale et Programme 2010-2013 (PDF – 2.1 Mo)
 Poster Strategie EEE Réunion (PDF – 390.1 ko)  Bilan POLI 2010-2013 et POLI 2014-2017 (couleur) (PDF – 5.8 Mo)
 Bilan POLI 2010-2013 et POLI 2014-2017 (N&B) (PDF – 5.7 Mo)

Membres du comité de pilotage